L'Espagne contaminée par les OGM... selon Greenpeace

Publié le par marie

L'Espagne contaminée par les OGM... selon Greenpeace L'Espagne, qui cultive du maïs transgénique depuis 1998, se trouve confrontée à une contamination "sans précédent" de son agriculture traditionnelle, ont déclaré les organisations écologistes Greenpeace-France et Espagne dans une étude publiée mardi. Réalisé en partenariat avec deux organisations espagnoles, la Plataforma Transgènics Fora! et l'Assemblea Pagesa de Catalunya, le rapport de Greenpeace s'appuie sur une enquête de terrain et des analyses effectuées sur une quarantaine d'exploitations agricoles conventionnelles et biologiques, dans deux provinces espagnoles, la Catalogne et l'Aragon. Résultat : près d'un quart des champs de maïs testés se révèlent contaminés par du maïs OGM jusqu'à un taux de 12,6% ; les distances de sécurité entre les champs transgéniques et les autres ne sont pas respectées ; les multinationales disséminent des OGM non autorisés (p.14-16), etc. Ce rapport sera envoyé à tous les députés français, appelés à se prononcer sur le projet de loi français sur les OGM d'ici le mois de juin. "L'exemple espagnol, loin d'être la "success story" des OGM en Europe montre à quel point l'agriculture conventionnelle ou biologique est progressivement cannibalisée par les plantes transgéniques, analyse Arnaud Apoteker, responsable de la campagne OGM de Greenpeace France. Ne commettons pas les mêmes erreurs que nos voisins ! Nous demandons au députés de protéger les Français de la contamination en refusant ce projet de loi qui la légalise. Peuvent-ils ignorer le souhait de 78% de leurs concitoyens qui réclamant un moratoire sur les OGM et les réserves émises à diverses reprises par Jacques Chirac lui-même ?" Le rapport paraît la veille de l'ouverture de la Conférence de Vienne, organisée les 5 et 6 avril par la Commission européenne et l'Autriche, qui préside le Conseil de l'UE jusqu'à fin juin. Cette première grande conférence européenne sur les OGM invite ministres de l'Agriculture et de l'Environnement, ONG et scientifiques à se pencher sur la question controversée de la coexistence entre cultures transgéniques et cultures conventionnelles ou biologiques. "Justement, remarque Juan Felipe Carrasco, responsable de la campagne OGM de Greenpeace Espagne et co-auteur du rapport, notre étude montre clairement que la coexistence est un leurre et que les cultures d'OGM à grande échelle empêchent définitivement les consommateurs et les producteurs de choisir des produits ou des semences sans OGM." Mercredi 5 avril, une grande marche réunira à Vienne plusieurs centaines de représentants des 172 "Régions sans OGM" d'Europe, qui réclament la reconnaissance officielle de leur droit à interdire les OGM. Source Greenpeace France

Publié dans sauvezlaplanete

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article