Les faucheurs sont condamnés ? Greenpeace riposte ! Les "Détectives OGM" partent à la recherche des champs de maïs transgénique

Publié le par marie

Scandalisée par le délibéré de la Cour d'appel d'Orléans qui condamne quarante neuf faucheurs volontaires, l'association Greenpeace lance son réseau de "détectives OGM" dans les campagnes françaises à la recherche des champs où est cultivé cette année du maïs transgénique, en secret et en toute impunité. La Cour d'appel d'Orléans a condamné mardi 27 juin à deux mois de prison ferme Jean-Emile Sanchez, ancien porte-parole de la Confédération paysanne, et les quarante huit autres prévenus à deux mois avec sursis. "Il est intolérable de voir ainsi bafoués le principe de précaution et l'état de nécessité reconnu en première instance, s'insurge Arnaud Apoteker, responsable de la campagne OGM de Greenpeace France. La justice condamne des citoyens aculés à la désobéissance civile, alors que l'Etat laisse les multinationales des biotechnologies commercialiser du maïs OGM hors de tout cadre légal et sans aucune transparence." Après le succès des "Détectives des villes", qui ont permis de barrer la route à l'introduction d'aliments contenant des OGM dans les rayons de nos supermarchés, Greenpeace lance l'opération "Détectives des champs" et incite tous ceux qui refusent les OGM, du simple citoyen au militant chevronné, à se mobiliser dans les campagnes pour découvrir où le maïs transgénique a été planté. "C'est l'Etat qui devrait fournir aux citoyens une protection efficace et une information transparente sur les OGM, mais il ne fait pas ce travail !, affirme Arnaud Apoteker. Les associations et les citoyens ne font que pallier ces manquements en effectuant leurs propres recherches pour localiser les parcelles transgéniques !" Sur le terrain, de nombreuses organisations comme la Confédération paysanne, le Collectif des Faucheurs volontaires ou Attac, multiplient les initiatives. Et de nombreux citoyens, opposés aux OGM et rassemblés dans des collectifs locaux, mènent des inspections citoyennes sur des sites de production et de stockage de semences transgéniques Monsanto. "Tous font un travail formidable et nous souhaitons leur faciliter la tâche en leur offrant des moyens : tests, vérification des données et partage de l'information, explique Arnaud Apoteker. Nous voulons mettre en place une véritable machine de guerre citoyenne contre les cultures commerciales de maïs OGM illégales." Greenpeace met donc à la disposition de tous ceux qui souhaitent devenir "détectives des champs" un véritable kit d'investigation qui comporte trois éléments : - une affiche "OGM Wanted", à coller partout où c'est possible, qui comporte une adresse e-mail et un numéro de répondeur téléphonique prêts à recueillir tout type d'informations - des tests qui réagissent en présence de maïs OGM (bon de commande disponible) et leur mode d'emploi précis

Publié dans sauvezlaplanete

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Domi 01/07/2006 13:53

C'est vrai que c'est scandaleux de ne pas avoir accès aux informations et que greenpeace soit obligé de créer sa propre carte des OGM alors qu'elle doit exister quelque part dans un tiroir de ministère.Ceci dit, votre blog me plait bien. Je me le note et viendrais faire un petit tour de temps en temps.